Les sols français en relative bonne santé.

C’est  en tout cas ce qu’assure un rapport du GIS Sol, le Groupement d’Intérêt Scientifique sur les sols ( Ministère de l’agriculture, de l’environnement, l’INRA, IRD, l’inventaire forestier national ): un diagnostic chimique, biologique, physique, de la couche de terre sur un mètre d’épaisseur ( entre la surface et la roche).

 13000 échantillons sur 2200 sites de 2000 à 2009 : l’analyse de l’ADN microbien des sols montre qu’aucun sol n’est stérile, l’acidité (PH) des terrains agricoles n’a pas évolué depuis quinze ans. L’état des réserves minérales, nécessaires à la croissance des plantes, paraît stable.

Mais certaines régions sont en excédent de phosphore, d’autres en situation d’insuffisance. Les pollutions sont inégales, les teneurs en cadmium et plomb en Ile de France et dans le Nord Pas de Calais sont inquiétantes. Tout comme la rémanence de faibles concentrations de DDT et de Lindane, deux insecticides pourtant interdits depuis 1971 et 1998. Autres points négatifs: la progression de l’artificialisation ( maisons, routes, parkings…)des sols s’est accélérée durant la dernière décennie ( 8,9% en 2010). Et l’érosion, surtout dans les bassins parisien et aquitain, entraîne une perte irréversible….

Pour télécharger ce rapport, technique mais très intéressant:

www.inra.fr/presse/etat_sols_france_bilan_inra